navaya-remarks_no3
Mark Stermer, PDG

Mark Stermer, PDG

« C’est la première fois que le festival se déroule depuis la légalisation du cannabis au Canada en octobre et les organisateurs disent adhérer aux lois du Québec encadrant le cannabis » – Shakti Langlois-Ortega, Global News

Thèmes abordés

Résumé de l’article

Le festival québécois de musique Osheaga a annoncé sur Twitter qu’il permettrait aux spectateurs d’avoir en leur possession jusqu’à 30 grammes de cannabis pourvu qu’il soit dans un emballage scellé provenant d’une source gouvernementale (c.-à-d. de la SQDC).

Extrait

(traduction libre)

« Nous voulons nous assurer qu’il s’agit de marijuana légale et non pas du marché noir », déclarait le porte-parole d’Evenko Philip Vanden Brande à Global News.

Re:Mark

Dans la foulée de la légalisation de la marijuana récréative au Canada, il sera intéressant de voir comment d’autres festivals de musique composeront avec l’usage du cannabis. J’applaudis les organisateurs d’Osheaga qui, plutôt que d’interdire d’emblée son usage, ont choisi de s’ouvrir à ce qui est en voie de devenir la « nouvelle normalité » pour beaucoup de Québécois. Tout comme l’industrie du tabac, celle de la marijuana fait face à un marché noir en plein essor; ainsi, en permettant l’usage du cannabis acheté légalement à la SQDC, le message envoyé aux usagers est clair : vous avez le loisir de consommer la marijuana à votre guise (conformément, bien sûr, à la Loi encadrant le cannabis) toutefois, pour ce faire, vous devez traiter avec un commerce exploité par le gouvernement. Tandis que nous nous adaptons à la nouvelle réglementation sur le cannabis dans nos vies au quotidien, la façon dont Osheaga a composé avec son usage pourrait s’avérer un précédent pour tout événement public ou extérieur dans le futur.

Partager ce billet

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email